Winter cycling in Tampa // Cyclisme d'hiver à Tampa

March 22, 2017

La version française suit

 

Spend a couple of weeks riding my bike in Florida? This is what my friend Jim is suggesting. For the past three years he has been taking his bicycle to Tampa for camping and cycling. His knowledge of the bicycle trails would be a big advantage for me if I decided to join him. He’s inviting me to share space in his large tent with him and three other friends. There is one snag, however: Lake Como Campground is “clothing optional”...and the idea of seeing a bunch of old people doing their daily activities stark naked doesn’t appeal to me. Jim describes all the social activities (and I can only visualize naked people), and reiterates how kind the residents are. I appreciate that, but it doesn’t manage to convince me.

I mention the invitation to Raymond, and he would be pleased to spend a few weeks cycling at this time of the year, but only if we find lodging elsewhere than a nudist colony. So we agree that we will join Jim for cycling, but that we will be staying in an Airbnb. A brief Internet search finds us a room in Lisa’s beautiful house, which also allows us access to her kitchen, pool and garden. Furthermore, she has a large garage where we can store our bikes overnight and we can park our vehicle in the driveway. The home is located 8 miles from where Jim is camped, so it will be easy for us to meet when planning our daily excursions.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Passer une couple de semaines à faire de la bicyclette en Floride? C’est mon ami Jim qui me lance l’invitation. Depuis les trois dernières années, il transporte sa bicyclette à Tampa pour un mois de camping et de vélo. Sa connaissance des sentiers serait un atout si je me joignais à lui. Il m’invite à partager sa grande tente avec luit et trois autres amies. J’aime le camping, mais il y a un hic. C’est que le Lake Como Campground est “clothing optional”...et l’idée de voir des vieux vaquer à leurs occupations quotidiennes tout nus ne m’attire pas. Il me parle de toutes les activités sociales (et moi je pense, tout nus), et me répète que les gens sont très gentils. Je comprends bien ça, mais je ne suis pas convaincu.

Alors j’en parle avec mon ami Raymond, et lui ça lui plairait de passer deux semaines en pays chaud pour faire de cyclisme, mais seulement si nous nous hébergeons ailleurs que dans une colonie de nudistes. Alors, c’est entendu avec Raymond que nous allons faire du vélo avec Jim, mais que nous demeurerons en Airbnb. Une simple recherche sur Internet nous fait découvrir une chambre chez Lisa, qui nous offre accès à la piscine, au jardin, et à la cuisine. Nous pouvons stationner notre voiture dans son entrée de cour et nous pouvons ranger nos vélos en toute sécurité dans son garage. Ça se trouve à 12 km du camping de Jim, ce qui fait que nous serons proches de lui quand nous planifierons nos excursions.

 

Like Jim, we decide to travel by road, since this is the most practical way to transport an electric bike, a regular bike and all of our baggage. A Google Maps search reveals that we have 2433 km to travel to get there. Many people accomplish this in two days, a few brave souls do it in 24 hours non-stop, but we choose to be wise and take three days. Raymond drafts a route that takes us across through the Thousand Islands Bridge, then highways 81, 77, 26, 95,10,301,75 and 275. We will stay over In Hagerstown, Maryland on the first night, in Orangeburg, South Carolina on the second and on the third night we should be at our destination, Tampa.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Il est entendu que nous devons voyager par la route, puisque c’est la façon la plus pratique de transporter un vélo électrique et un vélo conventionnel, en plus de tout notre bagage. Google nous révèle que nous avons 2433 km à conduire. Beaucoup de Canadiens font ce trajet en deux jours, certains braves le font en 24 heures, mais nous décidons d’être sages et prendre trois jours. Raymond dessine un plan qui nous  fait passer par les Mille Îles, et les autoroutes 81, 77, 26, 95, 10, 301, 75 et 275. Nous coucherons à Hagerstown au Maryland le premier soir, à Orangeville en Caroline du Sud le deuxième et le troisième soir à notre destination, Tampa.

 

 

 

We leave March 1st under a pelting rain, but are thankful that it’s not coming down as snow. We clear customs without any delay nor problem. American roads are designed for speed and efficiency. We encounter a large proportion of trucks, but they travel just as fast as the cars, and they respect their need to stick to the right lane when going up hills. The only event worthy of mention is that when we come to a stop at the first traffic light in Hagerstown, we hear a metallic vibration sound under the car. We pull into a garage that just happened to be at the same corner. All the stalls are full and the place appears to be very busy. Nevertheless, the owner of the garage, takes the time to lie down on the ground to look under the car. He confirms that the sound comes from a heat shield that has worked itself loose above the muffler. He suggests that we find a muffler shop to have it fixed. A few kilometres before coming to our hotel, we cross paths with a Midas Muffler shop. The attendant takes us in without delay. The mechanic puts in a few screws and voilà, the job is done, for free! The rest of the trip took place as planned, and on the third day at 4:30 p.m. we arrived at Lisa’s. Her home is a bungalow in a dead end street in a mature neighbourhood, where the sinuous streets are bordered by giant trees decorated with Spanish Moss.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Nous quittons Gatineau le 1er mars sous une pluie diluvienne, mais somme reconnaissants que ce ne soit pas de la neige. Nous passons les douanes américaines sans attente et sans anicroche. Les routes américaines sont faites pour la vitesse et l’efficacité de la circulation. Il y a énormément de camions, mais ils roulent aussi vite que les automobiles, et gardent la voie de droite quand ils ralentissent dans les côtes. Le seul événement qui vaut la peine que je mentionne, c’est qu’en arrêtant au premier feu de circulation à Hagerstown, nous entendons un bruit métallique en dessous de l’auto, qui s’intensifie quand on augmente le régime du moteur. Par un heureux concours de circonstances, il y a un garage sur le coin et Raymond nous y arrête. Toutes les stalles sont occupées et le terrain est plein de véhicules. Le proprio est très occupé, mais prend le temps de se coucher par terre pour regarder en dessous de la voiture pour confirmer que c’est un pare chaleur qui s’est détaché et qui est à veille de tomber. Il recommande de trouver un garage pour le faire réparer et ne nous charge aucuns frais pour son diagnostic. Nous continuons vers notre hôtel et quelques kilomètres avant d’y arriver il y a un Midas Muffler qui nous attend. Le mécanicien nous prend tout de suite, visse la patente en place, et nous envoie sur notre chemin sans charger un sou. Le reste du voyage s’est bien passé et à 16h30 le troisième jour, nous arrivons à la demeure de Lisa. C’est un bungalow situé dans un quartier dont les rues sinueuses sont bordées d’immenses arbres matures dotés de mousse espagnole.

 

Lisa, a lady of 65, invites us to join her and her husband Bob for a happy hour by the outdoor fire pit. In Florida during the winter, evenings can get cold, so Bob constructed a simple metal ring to contain a camp fire. Lisa insists on our having dinner with them, wine included. Isn’t that a beautiful gesture on her part?  It’s the first time in forty years that I have a meal where the host says grace.

It was Lisa’s idea to use her home for Airbnb. This allows her to justify having two unused rooms and to earn some income. She takes her role as a hostess very seriously and does everything she can to put her guests at ease. She tells us to act as though we were her brothers visiting her. She had put aside a couple of shelves of her refrigerator for us to stow our food, as well as a shelf in her wine cooler for our red wine. She decided not to rent the second room during our stay, so we have the guest bathroom entirely to ourselves. She invites us to supper tonight, as well as tomorrow, to assist at a community supper in the street, as per the following picture.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Lisa, une dame de 65 ans, nous invite à nous joindre à elle et Bob, son mari, pour le happy hour autour du feu de camp. Feu de camp en Floride? Heh, oui. L’hiver en Floride on a des soirées fraîches, et pour lui permettre de faire des feux, Bob  a installé un simple cerceau en fer dans le jardin pour contenir les feux de camp. Lisa insiste pour que nous soupions avec eux, vin compris. N’est-ce pas un beau geste de sa part? C’est la première fois depuis 40 ans que je prends un repas où mon hôte récite le bénédicité.   

C’est l’idée de Lisa de faire du Airbnb, une façon de rentabiliser les deux chambres inutilisées et gagner un revenu. Elle prend son rôle d’hôtesse au sérieux, et fait tout pour mettre ses invités à l’aise. Elle nous dit de faire comme si nous étions ses frères en visite. Elle a prévu une section de ses deux frigos pour nos  aliments et une tablette de son refroidisseur à vin pour nos bouteilles de rouge. Elle a décidé de ne pas louer la deuxième chambre pendant notre séjour, donc nous avons la salle de bain à nous seuls. Elle nous invite à souper ce soir et pour demain, samedi, un souper de quartier dans la rue, comme vous voyez sur la photo qui suit.

 

 

Saturday, March 4, we join Jim and Marion for our first bike ride. Rather than taking the car to reach our rendezvous point, we ride our bikes.

We  ride northward on Dale Mabry Road, a very busy, 4-lane street with a bicycle lane on each side. We run into problems finding the meeting place and after cycling 21 km,  and one hour of delay, we find Jim. We follow Jim, and ride 12 km along the Suncoast Trail, which is not along the coast at all, but along a very busy expressway of the same name. We then turn off onto a pretty bike trail inside the Starkey State Park. To return to our lodging, we take the Suncoast Trail in the opposite direction, then turn onto the Lutz Lake Fern Road, which takes us to the Upper Tampa Bay Trail, a three-mile-long bike trail. Then Jim leaves us at Van Dyke Road to return to his car. This is a narrow, two-lane road, with no shoulder and lots of car and truck traffic. It’s a nerve wracking 6 km ride to Dale Mabry, from which it’s a short leg to our Airbnb.We swear that we’ll avoid Van Dyke as far as the bikes are concerned. Today we covered 89 km, and this will turn out to be the longest ride of the next weeks in Florida. Here are a few pictures:

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Samedi le 4, nous nous joignons à Jim et Marion pour une randonnée.  Au lieu de prendre l’auto pour nous rendre au point de rencontre, nous décidons de rejoindre nos amis à bicyclette. Nous montons en direction nord sur la Dale Mabry Road une rue à quatre voies très occupée, sur la bande cyclable. Nous avons de la difficulté à trouver le point de rencontre, et arrivons une heure en retard, un peu essoufflés, ayant parcouru 21 km, y comprenant les détours.  Nous suivons Jim, et faisons 12 km sur la Suncoast Trail, un sentier qui ne longe pas la côte du Golfe du Mexique du tout, mais une autoroute très achalandée, la Suncoast Parkway. Nous faisons ensuite 12 km sur un sentier de bicyclette accueillant qui traverse le parc d’état Starkey. Nous retournons sur nos pas et sommes obligés de refaire le sentier le long de l’autoroute. Nous prenons la bande cyclable Lutz Lake Fern Road pour ensuite prendre le Upper Tampa Bay Trail, un sentier de bicyclette  de 5 km de long. Ensuite, Jim nous laisse au coin de la Van Dyke Road et retourne à son auto. La Van Dyke Road est un chemin à deux voies, étroit, très achalandé, et qui n’offre aucun épaulement. Nous nous promettons de l’éviter dorénavant. Nous reprenons Dale Mabry pour enfin retourner à la maison, après avoir couvert 89 km.  Voici quelques photos:

 

Suncoast Trail

 

 Jim, Marion, Raymond

 

 The green box is an iced-water distributor for thirsty cyclists  //  La boîte verte sert à fournir de l'eau glacée aux cyclistes assoiffés

 

Sunday the 5th is a day of rest. Yesterday was a big day, considering that we had been away from our bikes since last fall. Today we have to do a bit of grocery shopping and we take advantage of the little paradise Lisa and Bob have put together over the past 28 years. Here are a few photos:

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Dimanche le 5, c’est une journée de repos. Hier nous avons fait une grosse journée, considérant que nous n’avions pas fait de vélo depuis l’automne. Nous avons une épicerie à faire, alors nous nous désistons auprès de Jim. Nous en profitons pour jouir du petit paradis que Lisa et Bob ont créé depuis leurs 28 années dans cette propriété. Voici quelques photos :

 

  

 

 

 

 

 

 

 

Monday the 6th, we need to drive 95 km(one way) to reach the Withlacoochie trailhead at Floral City, north of Tampa. We ride northward on the fairly flat trail a little past Hernando, before switching back towards the car. We’ve ridden 43 km.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Lundi le 6, il faut faire 95 km de route pour se rendre à la tête du sentier Withlacoochie à Floral City.

Nous nous dirigeons en direction nord et allons un peu plus loin que Hernando avant de rebrousser chemin. Distance en vélo : 43 km.

 

 

 

Tuesday the 7th, This morning we join Jim and Marion at Mabel, 96 km from the house. Mabel is just a dot on Google Maps, as it comprises only three or four houses. But it is the north access point to the Van Fleet trailhead. We cycle 15 km before being turned back due to construction work on a trail bridge. We have our lunches at Mabel, and in the afternoon, we drive to the Withlacoochie Trail at highway 50. We cycle to Trilby and then 10 km or so west, then return to the car at 3 p.m. On the way back to the house, we drive through San Antonio, then made a quick detour to see the entrance to the Como Lake Campground to gather evidence that it is indeed "clothing optional". We had covered 58 km by bike.

 

&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&

 

Mardi le 7 Ce matin nous avons rendez-vous avec Jim et Marion  à Mabel, 96 km de la maison. Mabel n'est qu'un petit point qui ne comprend que trois ou quatre maisons sur la carte Google, mais qui donne accès au point de départ nord du sentier Van Fleet. Nous roulons sur celui-ci, mais il est bloqué par des travaux de construction à 15 km du départ.  Nous rebroussons chemin et prenons le lunch à Mabel. En après-midi, nous nous rendons au sentier Withlacoochie au niveau de la route 50. Nous roulons en direction sud jusqu'à Trilby, ensuite sur le chemin Trilby vers l'ouest sur environ 10 km avant de revenir à l'auto. Nous revenons à la maison en passant par San Antonio et en faisant un petit crochet pour voir l'entrée du Camping Como Lake pour constater que c'est vraiment "clothing optional". Nous aurons fait 58 km en vélo.